La souris, l'araignée et le chat



Il était une fois une souris qui avait fait son trou dans une maison où habitait un chat ; elle ne l’avait encore jamais rencontré et vivait à l’abri dans son petit logis, en

compagnie de son amie l’araignée.



Cette petite souris était si gourmande qu’elle faisait de nombreuses incursions dans la cuisine pour se remplir le ventre de miettes ou de croûtes de fromage ; elle était

ronde comme une bille et grossissait à vue d’œil.



Un jour, elle s’attarda un peu trop longtemps hors de chez elle, et soudain, elle entendit le chat qui s’approchait. Son cœur se mit à battre à toute vitesse ; il était trop tard

pour s’enfuir ; le redoutable animal allait sûrement la

dévorer ! Elle se mit en boule et courba la tête pour ne

pas en voir plus ; mais le chat qui était un peu myope, la

prit pour une balle ; il la fit rouler avec sa patte, la

poussa du museau et la promena ainsi dans toute la

maison, en jouant à la faire rebondir.



La souris, assommée par le choc, vit des étoiles de

toutes les couleurs et perdit connaissance. Le chat

l’abandonna une minute près du buffet pour aller

boire un verre de lait.



Pendant ce temps, l’araignée inquiète de ne pas voir

revenir son amie, quitta sa toile, et partit à sa recherche.



Soudain, elle aperçut la souris évanouie et bien mal

en point. Elle se précipita à son secours, mais à ce

moment-là, le chat arriva en se léchant les

babines ; il reconnut la souris et s’arrêta,

prêt à bondir, le regard fixé sur sa proie.



L’araignée profita de ce court moment pour tisser

une toile qu’elle tendit comme un filet devant le corps

de son amie inanimée.



Soudain le chat se décida à attaquer ; il s’élança, mais

ses moustaches restèrent collées à la toile ; il essaya

de s’en débarrasser avec les pattes, roula sur le dos

et s’agita dans tous les sens comme s’il se battait

avec un chewing-gum ; de son côté, la petite araignée chatouilla son amie qui revint à elle ; elles se sauvèrent

et se barricadèrent dans leur petite maison.



La souris, remise de ses émotions promit d’être plus

prudente ; elle sortit de dessous son habit un petit

morceau de fromage qu’elle partagea avec l’araignée

en épiant par le trou de la serrure le chat qui se remit

non sans mal de cette mésaventure.

 

Auteur :

« Béatrice Solleau, Valérie Michaut »

 

 

Envoyez...

Retour - Menu

 

Pour retour à l’accueil, cliquez ici

Fond:  douce Gigi  -  Mise en page:  Tendre-Soleil

 

© Tendre-Soleil.com - Tous droits réservés 2004-2006